EMDI
|
Taille des caractères:        

Le programme EMDI

Contexte

Le contexte du projet est celui d'enjeux d'échelles et d'ordre différents qui se concentrent autour d'un point focal : la Mer de la Manche. Ces enjeux mettent en évidence la nécessité d'une coopération accrue, bien au delà de la zone éligible de l'actuel programme INTERREG IIIA franco-britannique.

A l'heure de l'intégration européenne croissante, cette partie Nord-Ouest de l'Europe reformule de grands enjeux qui existaient antérieurement et en ajoutent de nouveaux dus à l'évolution de nos sociétés.

3 dimensions stratégiques


La Manche est la mer la plus fréquentée du globe

  • Plus de 600 mouvements de bateaux journaliers en tous sens sont comptabilisés dans le Détroit.
  • C'est une des portes maritimes de l'Europe sur le Monde, et c'est aussi, dans l'axe nord-sud, un espace d'échanges très important entre les îles britanniques et le continent.
  • L'une des toutes premières préoccupations dans cette dimension stratégique est maintenant la sécurité, les derniers accidents sont là pour le rappeler avec insistance.
  • L'enjeu de développement économique est moins immédiatement spectaculaire, mais il représente la toile de fond de l'avenir des régions qui bordent la Manche.
  • Le trafic maritime va continuer de s'accroître, quelle imagination, quelles capacités, les acteurs français et anglais vont-ils alors pouvoir mettre en oeuvre pour en être partie prenantes, et bénéficiaires ?
navire


Echanges élevés entre les îles britanniques et le continent. C'est la seconde dimension stratégique

  • Les dernières décennies ont porté ces échanges à des niveaux, des fréquences et un nombre de points de liaisons très élevés qui marquent un saut qualitatif avec la situation antérieure.
  • Tous modes confondus, le nombre de personnes se déplaçant entre le continent et les îles britanniques est estimé à 100 millions d'individus. Si l'on s'en tient aux passages sur et sous la mer entre la France, l'Angleterre et l'Irlande, on obtient encore le chiffre global de 45 millions de passagers.
  • À ce flux considérable de personnes, il faut ajouter le flux tout aussi considérable de marchandises.
  • Et à l'organisation d'un tel trafic, s'ajoute la question essentielle des retombées économiques : comment faire pour que ces espaces bénéficient d'effets carrefour et ne subissent pas seulement des effets de tunnel, où les flux traversent sans contribuer au développement local ?


Lieu de multiples activités qui se chevauchent, se superposent

  • L'occupation, voire l'encombrement de la Manche est une première raison qui incite fortement à conjuguer les efforts.
  • La sécurité du transport maritime ne peut être qu'un enjeu partagé. Si elle s'avère pressante et particulièrement visible, elle est loin d'être la seule. C'est un espace à partager, une petite mer intérieure franco-anglaise.
  • Les littoraux sont toujours des espaces où les pressions et la concurrence entre différentes activités sont intenses. Elles le sont particulièrement, et avec des problèmes communs, sur les deux rives opposées de cette mer intérieure.
  • Les questions environnementales, de la protection du trait de côte à la préservation des sites naturels et de leur faune doivent être combinées avec l'urbanisation toujours croissante, la fréquentation touristique, l'activité de plaisance et la pêche, des usages économiques et portuaires, de nouveaux projets de développement économique majeurs, notamment Port 2000 au Havre et le projet de nouveau port de Southampton.
  • La liste n'est pas close mais montre l'imbrication des usages sur et autour de ce qui est devenue The Pond, la petite mer intérieure franco-anglaise.